Vous êtes ici

Actualités

menacer de mort son employeur: c'est pas bien


Imprimer Envoyer par mail Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

La Cour de cassation a validé le licenciement pour faute lourde d’un salarié qui avait menacé son employeur d’un geste d’égorgement.


Une société hôtelière soupçonnait un directeur d’hôtel de détournement de fonds et avait en conséquence déposé plainte. Lors d’une confrontation organisée par la gendarmerie, le salarié visé par l’enquête avait eu un geste de menace d’égorgement à l’égard de l’employeur.


Au final, le salarié n’avait semble-t-il pas été condamné pour détournement de fonds, mais son geste au cours de la confrontation avait offert à l’employeur la possibilité de le licencier pour faute lourde.
Devant les juges, l’ex-directeur d’hôtel avait tenté de minimiser son comportement, invoquant un « geste isolé qui, par son outrance, n’avait pas de portée concrète ».


Toutefois, pour la cour d’appel, approuvée sur ce point par la Cour de cassation, le salarié avait par ce geste d’égorgement directement menacé de mort l’employeur. Il y avait donc bien une intention de nuire, de sorte que le licenciement pour faute lourde était justifié.