Vous êtes ici

Actualités

Que faire en cas d'absence injustifiée d'un salarié ?


Imprimer Envoyer par mail Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

Votre salarié est absent sans justification ? N’agissez pas dans la précipitation…
Voici quelques conseils et précautions à prendre en cas d’absence injustifi ée de votre salarié.

Qu’est-ce qu’une absence injustifiée ?
Une absence injustifi ée est une absence qui n’a pas été autorisée au préalable, et qui n’a pas été justifiée à postériori par un motif valable ou par un justificatif.
Ces absences injustifi ées englobent aussi les demandes d’absence refusées par l’employeur ou encore la prolongation injustifiée d’une absence justifiée.


Quelles sont les obligations de votre salarié ?
En cas d’absence pour maladie ou accident, sauf cas de force majeure, le salarié doit informer dans les plus brefs délais le chef d’entreprise ou son représentant du motif de son absence et lui faire parvenir un certificat médical dans les 48 heures, le cachet de la poste faisant foi (VI-111 Conv. Coll. des ouvriers du bâtiment).


Comment devez-vous agir ?
- Mettez en demeure votre salarié de justifier son absence
L’absence de réaction de votre part peut s’interpréter comme du laxisme voire une tolérance aussi, nous vous conseillons :
- Dès le 3ème jour d’absence, d’envoyer un courrier en LRAR au salarié le mettant en demeure de justifi er son absence ou de reprendre son poste sans délai, tout en le prévenant qu’une sanction pourra être prise à son égard.
- En l’absence de nouvelles de votre salarié au terme d’un délai de 10 jours (environ) après cette 1ère mise en demeure, de lui envoyer une nouvelle mise en demeure.
 

En cas d’absence de reprise de son poste, malgré deux mises en demeure :
Cette situation ne peut pas être interprétée comme une démission.
Ainsi, vous n’aurez d’autre choix que de licencier votre salarié pour faute grave en respectant la procédure de licenciement suivante :

- Envoi d’une lettre de convocation à l’entretien préalable à un éventuel licenciement pour faute grave en respectant un délai minimum de 5 jours ouvrables pleins entre la réception de la convocation et l’entretien préalable.
Il faut toujours prévoir un délai plus long à cause de l’acheminement du courrier.
La lettre de convocation doit prévoir une mise à pied conservatoire qui impose l’interdiction au salarié de se rendre dans l’entreprise avant la décision défi nitive pour justifi er la faute grave.

- Entretien préalable au licenciement : Au cours de cet entretien, vous devez expliquer à votre salarié les raisons de la sanction envisagée
et lui demander de fournir ses explications. Vous ne devez en aucun cas, lui indiquer que son licenciement est d’ores et déjà décidé.
Votre salarié peut se faire assister d’un membre du personnel de l’entreprise et en l’absence de représentants du personnel, d’un conseiller
extérieur.

- Lettre de licenciement pour faute grave notifi ée au plus tôt deux jours ouvrables après l’entretien préalable et au plus tard 1 mois après l’entretien. Cette lettre doit mentionner la durée de l’absence injustifi ée et les conséquences négatives de celle-ci sur la bonne marche de l’entreprise.
Dans tous les cas, aucun fait fautif ne peut donner lieu à lui seul à l’engagement d’une poursuite disciplinaire au-delà d’un délai de deux mois à compter du jour où l’employeur en a eu connaissance.