Vous êtes ici

Actualités

les esthéticiennes peuvent enfin faire des "massages"...


Imprimer Envoyer par mail Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

Dans le Journal Officiel du Sénat du 03/11/2016, le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé a précisé que depuis la loi du 26 janvier 2016, le massage non thérapeutique dont l'objectif premier est d'apporter un bien-être à la personne, pourra être réalisé au regard de la nouvelle rédaction législative du code de la santé publique, par un professionnel qui ne dispose pas du titre de masseur-kinésithérapeute. Le second point de cette publication traite d'un nouveau titre professionnel qui pourrait être inscrit au Répertoire National des Certifications professionnelle.

Aprés des années de "guéguerres" entre les kinés et les professionnels du bien être et Esthéticiennes autour de l'utilisation du mot "massage", l'Etat a donc tranché semble-t-il en faveur d'un assouplissement. Ainsi, un "modelage" pourra maintenant être appelé "massage". A condition bien entendu que ce dernier n'ait pas un but thérapeutique. Nous saluons cette décision, sachant que les "massages" proposés par les esthéticiennes n'ont jamais eu pour but de détourner la clientèle ou de nuire à la profession des masseurs kinésithérapeutes. 

 

Texte complet de la réponse ci dessous ou cliquer ici pour le lire sur le site du sénat

"L'article 123 de la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 a précisé la définition de la profession de masseur-kinésithérapeute et a également défini l'exercice illégal de cette profession. Ces nouvelles précisions, concertées avec les professionnels, ont également eu pour effet de supprimer la notion de « massage » de la définition de la profession de masseur-kinésithérapeute.

Cette évolution législative conforte et recentre le masseur-kinésithérapeute dans son rôle essentiel de professionnel de santé de la rééducation.

Dans ce sens, et après une nécessaire évolution de la mention inscrite dans le décret d'actes, la compétence exclusive du masseur-kinésithérapeute en matière de massage de rééducation thérapeutique pourra être réglementairement affirmée.

Le massage non thérapeutique dont l'objectif premier est d'apporter un bien-être à la personne, pourra être réalisé au regard de la nouvelle rédaction législative du code de la santé publique, par un professionnel qui ne dispose pas du titre de masseur-kinésithérapeute.

Ces éclaircissements réglementaires adoptés, il appartiendra à la commission nationale de la certification professionnelle compétente de se prononcer sur l'inscription du titre de « praticien en technique corporelle de bien-être » au regard des formations dispensées."